top of page

6 idées reçues sur le burn-out

Les préjugés et les idées reçues sur le burn-out ont la vie dure. Avec pour conséquence que les personnes touchées se sentent gênées et mal à l’aise d’en parler ou de s'autoriser à reconnaître qu’elle n'en peuvent plus.



Je vous partage les idées reçues les plus courantes sur le burn-out et quelques explications.

Que vous soyez la personne concernée par un burn-out, ou que vous connaissiez quelqu'un qui l'est, cet article vous permettra de mieux comprendre, d’être plus indulgent, et de pouvoir éventuellement reconnaître les signes chez vos proches.



1. Le burn-out ne touche que les faibles


C'est le préjugé que j'entends le plus souvent, et qui est le plus rempli de jugement. Les gens comparent leur propre situation aux personnes qui sont en burn-out. "Moi je vis tout ça et je suis pas en burn-out pourtant".

C'est non seulement peu bienveillant, mais cela manque aussi curellement d'empathie. Chaque personne vit les choses à sa propre manière. Ce qui ne touche que légèrement une personne, impactera fortement l'autre.


Selon les statistiques, les profils les plus exposés et touchés sont:

  • les perfectionnistes

  • les personnes qui ont l’habitude d’être forts, battants ou qui selon leur vécu ont du l'être

  • les hypersensibles et les personnes à haut potentiel intellectuel


Nous parlons par exemple de gens qui ont l'habitude de tout gérer, qui aiment ça, qui prennent tout très à coeur, ont besoin de (se) prouver qu’ils y arrivent et se plaignent rarement, voir pas du tout.

Des personnes curieuses de tout apprendre, intéressée par plein de sujets différents, mais qui ont du mal à lâcher-prise ou à s'avouer à eux-même que c'est parfois plus difficile.


Le burn-out peut toucher une personne quel que soit son niveau de compétence ou de résilience.


2. Il suffit de se reposer pour soigner le burn-out


La fatigue liée au burn-out n'est pas uniquement liée au sommeil; elle résulte plutôt, pour vous l'imager, à un moteur qui a explosé. On aura beau laisser le moteur éteint, pour qu'il refroidisse, cela ne changera rien, il ne fonctionnera plus.

Le burn-out nécessite souvent un traitement à long terme incluant:

  • de la thérapie,

  • du soutien social et

  • des changements significatifs dans le mode de vie.


Il faut soigner: le physique, le psychique et le mental. 


Tous les schémas de pensées et de fonctionnement volent en éclat; c’est une reconstruction complète qui peut durer plus d’un an. Dormir n'y changera donc rien.


Si vous êtes un proche d'une personne vivant un burn-out, sa fatigue peut vous sembler exagérée, vous pouvez penser que la personne extrapole, surtout qu'elle ne travaille plus. C'est un préjugé... C'est une fatigue difficile à comprendre tant qu'on ne l'a pas vécue. Je vous encourage à vous renseigner sur le burn-out pour accompagner au mieux celui qui le vit.


3. Un burn-out survient du jour au lendemain


Le corps nous envoie de nombreux signaux avant de lâcher, parfois même pendant des mois voir des années.
Nous avons par automatisme tendance à les minimiser en les mettant sous le coup de la fatigue, ou du stress quotidien; "ça va passer".

Mais cela peut-être le burn-out qui sème ses graines, on parle alors de signes annonciateurs ou de "burn-in".Voici quelques symptômes à surveiller:


  • La personne tombe malade à répétition (sans forcément que cela soit grave; rhumes, angines, gastro-entérites, otites, etc)

  • Les émotions font les montagnes russes

    • excès de colère,

    • perte de patience pour pas grand chose

    • sensibilité accrue

  • Du cynisme, un humour en berne et un comportement plus négatif

  • Le besoin de s'isoler, d'hiberner, et de la difficulté de sociabiliser

  • Troubles du sommeil, incluant:

    • difficultés à l'endormissement

    • réveils nocturnes, et veil constamment épuisé

  • Troubles de l'appétit: appétit coupé ou au contraire décuplé


4. La cause du burn-out est liée au travail


Bien que le travail soit un facteur important, le burn-out peut également résulter de tensions dans d'autres aspects de la vie, comme les relations personnelles ou les responsabilités familiales. La fameuse charge mentale.

Il n’est pas rare que la goutte d’eau qui fasse déborder le vase ne soit pas liée au travail, un burn-out peut-être dit "général". Il est la conséquence d'une charge mentale importante et quotidienne.

Devoir tout gérer à la maison, avoir sans cesse 50 onglets ouverts dans sa tête, devoir tout gérer au travail en plus de tout cela, sans oublier d'avoir une vie sociale, faire du sport, et gérer les activités des enfants, sortir le chien, etc.


La charge mentale est comme un élastique qui peut supporterun maximum de 5kg mais sur lequel 200kg reposent... Tant qu'on ne l'allège pas il est tendu et risque de casser.


5. Il suffit de motivation pour sortir d'un burn-out


Le burn-out ne peut pas être surmonté simplement en travaillant plus dur ou en se mettant "un coup de pied au cul". Cela nécessite souvent des changements significatifs dans les habitudes de vie, les relations et les attentes personnelles.

La capacité à fonctionner est entravée par des symptômes tels que la fatigue extrême et le désintérêt pour les activités auparavant appréciées, couplé à de l'anxiété importante.

Tout ce qui faisait du bien et nourrissait la personne, ne fonctionne plus.


C'est un château de carte qui s'est effondré; et qui ne peut plus être reconstruit de la même façon, car il s'effondrera encore.

La personne qui traverse un burn-out, doit trouver de nouvelles cartes, pour construire d'une nouvelle manière chaque mur de son château.


Si vous connaissez quelqu'un qui est en burn-out, des mots comme "allé, un peu de courage et ça va aller" ou "il faut que tu te motives un peu sinon cela n'ira pas" ne feront qu'empirer les choses.

Il est important de comprendre que c'est une longue reconstruction pour la personne impactée. Sa motivation, dans un premier temps, ne lui suffira pas à s'en sortir.


6. Ca ne touche que les femmes


Les hommes peuvent également en souffrir; mais la pression sociale les a parfois formatés à ”être forts" ou à “ne pas se plaindre comme une fille” dès l’enfance.

Ce qui peut conduire à une sous-reconnaissance de leurs ressentis. Plusieurs études montrent que les hommes affectés par un burn-out et qui ont du mal à en parler, sont plus susceptibles de fuir leurs ressentis, parfois de manière dramatique.


Soyez à l’écoute des signaux de vos proches, peu importe le genre, et essayez au maximum de ne pas juger leur situation, même si vous ne la comprenez pas.

Lecture


Que vous soyez impactés ou accompagnant d'un proche en burn-out, je vous conseille ce livre "Du Burn-Out au Born-Out" de Astrid Le Fur, qui m'a personnellement beaucoup aidée à comprendre le burn-out que j'ai traversé, après des mois à chercher des réponses et me sentir incomprise.


Il m'a également aidée à l'expliquer à mes proches, afin qu'ils puissent mieux comprendre et m'accompagner dans chaque étape du burn-out.

Il regorge d'exercices, de prises de conscience mais également de conseils pour les proches.


L'autrice conseille de faire une pause entre chaque chapître pour laisser place à l'introspection; je ne peux que valider cela après lecture! N'oubliez pas de vous munir d'un bloc-notes pour y noter vos exercices. Vous serez tellement fier de vous!


Conclusion


Le burn-out est déclaré comme maladie professionnelle par l’OMS et de plus en plus de professionnels sont formés à l’accompagnement.


Ne minimisez pas ce que vous ressentez, ne croyez pas que vous devez être et faire TOUJOURS PLUS.

Arrêtez-vous avant de griller l’ampoule, car une fois grillée il ne suffit pas de la changer pour rallumer la lumière.

La guérison est longue et inconfortable, elle est un challenge quotidien, dont croyez-moi, on se passerait bien.


Entourez-vous de personnes qui sauront vous accompagner, et vous faire prendre conscience de la situation si besoin. Cela peut par exemple passer par une aide à la mise en place d’habitudes plus saines et de limites, qui réduiront significativement votre charge mentale.


Retenez que: NON, vous n’avez pas besoin de TOUT gérer sans vous plaindre... Personne ne vous le demande, il serait judicieux d'arrêter de vous mettre cette pression!


Le chemin est long, mais c'est une opportunité de vivre une vie plus alignée, en vous respectant vous et vos besoins. Vous ne fonctionnerez sans doute plus de la même façon, mais c'est pour un mieux.


Si vous souhaitez en discuter, n'hésitez pas à réserver une session de coaching; la première est offerte afin que vous puissiez voir si cela vous correspond. Je serais ravie d'échanger avec vous et vous donner les clés qui m'ont aidée à guérir mon propre burn-out.




コメント


bottom of page